Le coronavirus attaque l’économie mondiale en épargnant les investissements immobiliers.

En premier lieu, le coronavirus décime l’économie mondiale sans distinction de frontieres. Bien que certains investisseurs immobiliers soient épargnés. Les entreprises et les investisseurs du monde entier accusent très mal le coup de la catastrophe.

Tous les témoins lumineux clignotent en rouge vif. L’économie de la planète au ralenti.

Le coronavirus attaque l’économie mondiale sans soucis de frontières.

Startista-coronavirus et l’économie mondiale _Statista20943De ce fait, l’urgence sanitaire d’intérêt international doit se préparer à une pandémie potentielle et proposer des plans concrets.

Les marchés craignent que les autorités n’adoptent des mesures restrictives susceptibles d’affecter en priorité les transports. Cela explique pourquoi certaines des baisses les plus importantes des marchés sont imputables aux compagnies aériennes et aux entreprises logistiques. Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé OMS, ont tenu une conférence de presse mardi pour informer le public.

A ce jour, l’épidémie de coronavirus a infecté plus de 80 200 personnes et tué au moins 2 710 malades. Notamment, la propagation a atteint plus de 30 pays comme l’Iran, l’Italie… . Le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus appelle la communauté internationale à agir avant qu’il ne soit trop tard.

La fenêtre d’opportunité est toujours là, mais elle se rétrécit. Nous devons agir rapidement avant sa fermeture complète. Si le coronavirus n’est pas contenu, une grave récession mondiale est presque certaine. Restez dans un cas de preparation.

a déclaré le patron de l’OMS vendredi sur CNBC. 

De plus, le coronavirus gèle l’économie mondiale.

La croissance économique mondiale pourrait plonger plus de mille milliards de dollars si la maladie, officiellement connue sous le nom de Covid-19, continue de se propager et devient une pandémie mondiale, a déclaré la semaine dernière Oxford Economics.

AUCUN MASQUE NE PEUT EMPECHER LA CONTAGION DES MARCHES FINANCIERS.

Baptisé COVID-19, le virus bloque le commerce dans une grande partie de la Chine et affecte les bénéfices des entreprises, les marchés boursiers mondiaux et la fabrication à travers le monde.

IMPACT SUR NOS INVESTISSEMENTS FUTURS ET NOTRE EPARGNE.

Si vous êtes inquiets, pour les possesseurs de titres, vous pourriez être enclin à vérifier vos soldes d’investissement, en réaction aux nouvelles. Pourtant, réagir à une chute soudaine du marché est exactement ce que vous ne devriez pas faire, selon un expert. Si vous détenez un portefeuille garni d’actions, vous seriez tenté de vendre les titres qui ont un impact direct comme Apple ou PSA, ayez du sang froid, attendez.

La diversification entrave la volatilité.

Bien qu’il soit naturel de vendre les actifs à risque dans cette situation, un portefeuille diversifié protège la volatilité. Dans ce cas, une combinaison d’actions, d’obligations, de FPI ou d’autre actif peut isoler l’un des titres de l’impact du Coronavirus sur les marchés.

La volatilité est intrinsèquement effrayante!

a déclaré Dan Ariely, professeur à l’Université Duke et économiste.

Être effrayé signifie que nous sommes paralysés, nous y pensons trop. Cela influence notre bien-être et ne mène pas nécessairement à de bonnes décisions!  a-t-il ajouté.

L’INCIDENCE DU CORONAVIRUS SUR LE SECTEUR IMMOBILIER.

Le secteur de l’immobilier en Chine a reculé de l’ordre de -23% depuis le début d’année. Les promoteurs immobiliers résidentiels chinois ont signalé une baisse importante des ventes de contrats au mois de janvier. Plusieurs développeurs ont lancé des politiques de remboursement inconditionnel (dans les 30 jours suivant l’achat) pour les propriétés achetées d’ici à fin mars afin de promouvoir les ventes sous contrat.

LA VENTE DE PROPRIETES EN LIGNE.

Par conséquent, dans le secteur résidentiel, il y a aussi une entreprise gagnante: la vente de propriétés en ligne. Selon le South China Morning Post, il y a eu plus de 47 000 opérations d’une valeur de 8 300 millions de dollars (environ 7 660 millions d’euros).

A l’opposé, les investissements immobiliers en Europe, sont épargnés par la crise du coronavirus.

Lire à ce sujet notre article : Classement ING: Immobilier grec parmi les meilleurs d’Europe en 2020

Le coronavirus attaque l’économie mondiale en épargnant les investissements immobiliers. Avant la crise du Covid-19, les hommes d’affaires asiatiques investissaient à tour de bras dans l’immobilier européen. Depuis le début d’année, le groupe cible des promoteurs immobiliers fait deffection. De plus, des membres de la China Real Estate Association ont pris la décision de suspendre les affaires dans leurs bureaux de vente sur le continent.

D’autant plus que la transmission interhumaine du virus a également rendu difficile pour les investisseurs d’acheter des biens à l’étranger.

De toute évidence, l’effondrement des investissements etrangers a chuté brutalement dans les pays comme la Grèce ou l’Espagne, à cause de la désertion des investisseurs chinois. De sorte que les promoteurs de ces secteurs, se retrouvent en manque d’acheteurs et souhaitent désespérément de nouveaux acquéreurs.

Mais comment accéder a ce marché sans trop prendre de risque? Et dans quoi investir?

En conclusion, pourquoi ne pas se délester quelques titres de son portefeuille prudemment pour s’engouffrer dans ce créneau ?

Voir aussi à ce sujet notre article : Résolution…

Ni cet article, ni ses données, ne constituent une recommandation ou une stratégie d’investissement. CF Mag, décline toute responsabilité liée à votre utilisation des contenus publiés.

L’économie mondiale attaquée par le coronavirus

5 comments on “Le coronavirus attaque l’économie mondiale en épargnant les investissements immobiliers.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue dans le monde du financement participatif.

Newsletter