Libra : Deuxième tentative de la cryptomonnaie Facebook.

Facebook tente une deuxième tentative de la cryptomonnaie Libra.

Lorsque le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé la création d’une cryptomonnaie, la Libra – il y a un an, un tollé général a envahie les places financières. En fin d’annee, Facebook va presenter une deuxième tentative de la cryptomonnaie Libra.

Monsieur Facebook, a rencontré une résistance farouche de la part des banques centrales et des politiciens. Maintenant, le projet devrait démarrer à la fin de l’année.

Lire notre article parut le 18 juin 2019 : Libra, l’appel Facebook du 18 juin, pour sa propre cryptomonnaie.

Essai numero 2, de la cryptomonnaie Libra Facebook.

Il reste à voir si la deuxième tentative réussira ou si la résistance générale fera échouer le projet.

Après plusieurs modifications des plans d’origine, l’association a sollicité une licence pour le nouveau système de paiement auprès du régulateur financier suisse Finma à la mi-avril.

Est-ce que la deuxième tentative de Facebook pour sa la cryptomonnaie Libra va aboutir ?

L’Association Libra, basée à Genève, est un projet commun entre Facebook et des entreprises issues des secteurs financiers et numériques.

L’objectif d’atteindre la centaine d’investisseurs avant la fin de l’année 2019 n’a pas reussit.

L’autorité de contrôle a annoncé que la demande présentée diffère clairement du projet initialement soumis. Cependant, sa portée planifiée nécessite une approche coordonnée au niveau international.

En clair, cela signifie: l’approbation prendra du temps.

Critiques adressées.

Selon les experts, Facebook a rencontré les critiques dans la nouvelle version révisée du mode de paiement et a répondu à de nombreuses demandes des régulateurs et des banques centrales.

Nous avons donné une réponse ferme à de nombreuses questions et préoccupations des superviseurs: a déclaré l’ancien chef de la Libra, Bertrand Perez, à Handelsblatt.

Le changement le plus important est probablement l’introduction de plusieurs devises uniques – comme un dollar Libra ou un euro Libra, au lieu d’un panier de devises.

Cela rappelle un peu d’argent numérique dans un compte PayPal, a écrit le New York Times. Le plan consiste à transférer de l’argent d’un compte bancaire conventionnel vers le nouveau portefeuille Facebook numérique Novi. Ensuite recevoir en retour de la cryptomonnaie Libra virtuelle.

Facebook promet des normes strictes pour empêcher le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et d’autres activités illégales. Le consortium Libra souhaite également s’inscrire en tant que fournisseur de services monétaires aux États-Unis auprès du ministère des Finances, FinCen. En outre, un collège de banques centrales, de superviseurs et d’autorités de plus de 20 pays devrait avoir son mot à dire dans la conception de la monnaie. En fait, une sorte d’offre de paix aux partenaires de la Libra, dont beaucoup ont quitté le projet.

Des partenaires importants ont quitté le bateau.

Parce que les banques centrales, les politiciens et les responsables de la protection des données avaient des doutes considérables quant à la sécurité de la monnaie privée. De plus, divers partenaires ont progressivement quitté le bateau en octobre 2019. Il s’agissait notamment de poids lourds tels que les fournisseurs de cartes de crédit Visa et MasterCard, le service de paiement en ligne Stripe et la plateforme de trading Ebay. PayPal s’était déjà retiré.

Les experts estiment que la pandémie du Covid-19 et la poussée de numérisation, pourraient accélérer l’introduction de la Libra.

BaFin devrait également accepter

Le projet Libra est encore à un stade conceptuel, explique le professeur Philipp Sandner de la Frankfurt School of Finance & Management. Même si l’autorité de surveillance suisse Finma est sur le point de donner son feu vert. L’association Libra devra très probablement également demander une licence auprès de l’autorité de surveillance financière BaFin en Allemagne, selon Sandner.

Libra 2.0 n’a pas brisé la résistance des banques.

On peut douter de ce qu’elle obtiendra. Parce que Libra 2.0 n’a pas brisé la résistance des banques centrales et des politiciens. Ceux-ci considèrent toujours le projet comme une attaque d’une entreprise privée contre le monopole d’État sur l’argent.

Nous n’autoriserons pas une monnaie mondiale privée. Le monopole des devises doit rester entre les mains des Etats », a déclaré récemment le ministre fédéral des Finances Olaf Scholz.

libra-deuxieme-tentative-de-la-cryptomonnaie-facebook
Cours Action FB au 22/06/20 par kurse.boerse.ard.de

Pour l’instant, Facebook resiste aux pressions et reussi meme à consolider sa valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue dans le monde du financement participatif.

Newsletter