Paris
17°
petites averses
humidité: 72%
vent: 6m/s O
MAX 16 • MIN 16
Weather from OpenWeatherMap

Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.

Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.

Que vous débutez seul, au milieu de votre carrière, que vous approchez de l’âge de la retraite ou déjà en savourant l’âge d’or, voici, pour vos finances les meilleurs outils pour démarrer à investir.

Personne ne naît expert, même les meilleurs investisseurs dans le monde ont démarré au bas de l’échelle.

Commençons par deux questions fondamentales:

Par où débuter et comment ?

Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.

Déjà, ces questions peuvent sembler décourageantes, surtout si vous devez apprendre le jargon des conditions d’investissement comme, le ratio, le cours, les bénéfices, la capitalisation boursière le rendement des capitaux propres.

Mais commencer à investir n’est pas aussi effrayant que cela puisse paraître.

Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.Nous allons vous dévoiler les meilleurs outils pour démarrer à investir.

La première étape de l’investissement consiste à déterminer quels types d’actifs vous désirez posséder ou atteindre.
À la base, l’investissement est juste une mise de départ aujourd’hui, avec l’espoir d’obtenir plus d’argent à l’avenir.

Vous disposez maintenant de liquidités ou d’actifs, vous espérez faire grossir votre capital d’argent ou d’actifs, disponible demain, l’année prochaine ou la prochaine décennie.

Le plus juste chemin serait l’acquisition d’actifs productifs.

Les actifs productifs sont des investissements qui, en interne, se débarrassent des excédents d’une activité quelconque.

Pour exemple, si vous achetez un tableau de Maître, ce n’est pas un actif productif. Dans trente ans, vous ne posséderiez encore que d’un tableau, qui pourrait valoir plus ou moins d’argent.  Pour le convertir en un actif quasi-productif il faudrait, alors, faire payer le droit pour le voir dans une galerie, un musée ou dans votre salon.

D’un autre coté, en achetant un immeuble, vous aurez non seulement le bâtiment, mais tout l’argent qu’il produit du loyer et du revenu de service au cours de ce siècle. Même si le bâtiment a été détruit après une décennie, vous avez toujours les liquidités de dix ans d’exploitation.

Chaque type d’actif productif a ses propres avantages et inconvénients, des particularités uniques, des traditions juridiques, des règles fiscales et d’autres détails pertinents. De manière générale, les investissements dans les actifs productifs peuvent être divisés en une poignée de catégories majeures.

Passons en revue les trois types de placements les plus courants: les actions, les obligations et l’immobilier.

  • Investir dans des actions :

Quand ont parlent d’investir dans des actions, en générale, on parle d’investir dans des actions ordinaires, ce qui est une autre façon de décrire la propriété d’une entreprise ou l’équité commerciale.

Lorsque vous détenez des capitaux propres dans une entreprise, vous avez droit à une part des profits ou des pertes générés par l’activité d’exploitation de cette société.

Sur une base globale, les actions ont historiquement été la classe d’actifs la plus rémunératrice pour les investisseurs cherchant à créer de la richesse au fil du temps sans recourir à un effet de levier important.

  • Les obligations : (privées ou public):

Investir dans des entreprises privées: Ce sont des entreprises qui n’ont pas de marché public pour leurs actions.

Bien que l’entrepreneuriat ne soit pas facile, posséder une bonne entreprise peut mettre de la nourriture sur votre table, envoyer vos enfants à l’université, payer vos frais médicaux et vous permettre de prendre votre retraite confortablement.

Investir dans des entreprises cotées en bourse:

Les entreprises privées vendent parfois une partie de leurs capitaux à des investisseurs extérieurs, dans le cadre d’un processus appelé « Initial Public Offering» ou IPO.

D’autre part, si vous préférez une méthode d’allocation de portefeuille plus agressive, vous pourriez être amené à investir dans le stock de mauvaises sociétés, car même une légère augmentation de la rentabilité pourrait entraîner un bond disproportionné du cours de l’action.

Investir dans des titres à revenu fixe (obligations) :

Lorsque vous achetez un titre à revenu fixe, vous prêtez de l’argent à l’émetteur de l’obligation en échange de revenus d’intérêts.

Il existe une myriade de façons de le faire, depuis l’achat de certificats de dépôts et de marchés monétaires jusqu’à l’investissement dans des obligations de sociétés, des obligations municipales exonérées d’impôt et des obligations d’épargne étatique.

Comme pour les actions, de nombreux titres à revenu fixe sont achetés via un compte de courtage.

La sélection de votre courtier vous obligera à choisir entre un modèle à rabais ou à service complet.

Alternativement, vous pouvez travailler avec un conseiller en placement enregistré ou une société de gestion d’actifs qui fonctionne sur une base fiduciaire.

  • Investir dans l’immobilier :

Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.

L’investissement immobilier est presque aussi vieux que le monde. Plusieurs façons de gagner de l’argent en investissant dans l’immobilier sont accessibles, mais cela revient généralement soit à développer un bien et à le vendre à profit, soit à posséder un bien et à laisser les autres l’utiliser en échange de loyers.

La source de confusion pour les nouveaux investisseurs est que l’immobilier peut également être négocié comme une action. Habituellement, cela se fait par l’intermédiaire d’une société qui se qualifie comme une fiducie de placement immobilier ou FPI.

 Il existe plusieurs types de FPI : les immeubles de placement immobilier, les immeubles de bureaux, les FPI spécialisées dans les logements pour personnes âgées, les foyers d’étudiants et même les FPI de stationnement.

La prochaine étape consiste à décider comment vous voulez posséder ces actifs.

Une fois choisi la classe d’actifs que vous souhaitez acquérir, comment vous allez la posséder. Pour mieux comprendre ce point, regardons l’équité commerciale.

Si vous décidez que vous voulez prendre une participation dans une entreprise cotée en bourse, voulez-vous détenir les actions directement ou par le biais d’une structure commune?

Propriété directe : Si vous optez pour la propriété pure et simple, vous allez acheter directement des actions de sociétés individuelles. Pour ce faire, il faut un certain niveau de connaissances.

Pour investir dans des actions, raisonnez comme pour une entreprise privée, trois  principes :

  • le prix que vous payez par rapport aux flux de trésorerie ajusté au risque que l’actif génère.
  • la valeur de l’entreprise, calculer la marge bénéficiaire brute et la marge bénéficiaire d’exploitation.
  • comparaison aux autres entreprises du même secteur ou de d’industrie.

Lire le compte de résultat et le bilan. Regardez les sociétés de gestion d’actifs, qui détiennent des participations importantes, pour déterminer les types de copropriétaires avec lesquels vous traitez.

Une grande partie d’investisseurs utilise plutôt un mécanisme mis en commun, tel qu’un fonds commun de placement  FCP, ou un fonds négocié en bourse (ETF).

Le principe est d’associer votre argent avec d’autres investisseurs pour acquérir des parts d’un certain nombre de sociétés à travers une structure ou une entité partagée.

Certains investisseurs fortunés investissent dans des hedge funds, mais la plupart des investisseurs individuels optent pour des fonds d’investissement privés, qui se chargent de gérer des portefeuilles diversifiés à des taux beaucoup moins élevés.

La suite de « Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir », au prochain numéro.

2 comments on “Finances, les meilleurs outils pour démarrer à investir.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue dans le monde du financement participatif.

Newsletter